Démocratie

Des mots comme démocratie, cohésion nationale, participation, droits de l’homme, libertés fondamentales, etc. ont perdu leur sens au Congo. Ce pays frappé par l’anomie et l’inculture est simplement devenu une jungle.

Nous n’avons pas d’assemblée nationale au Congo. Nous avons au contraire une caisse de résonance des oligarques d’argent, qui est instrumentalisée à dessein dans un système qui vise sur le court, moyen et long terme, la balkanisation du Congo. Cette balkanisation est déjà réalisée au niveau économique. Les entreprises minières appartenant aux trans et multinationales occupent des espaces échappant au contrôle social. « Elles sont de petites cités indépendantes » dans un Etat sous tutelle. Et la vente des matières premières qu’elles produisent n’apporte pas une plus-value qui pourrait être redistribuée entre nos populations. Cette balkanisation est déjà réalisée militairement. Les militaires rwandais et des mercenaires à la solde de Kabila occupent la plupart des camps militaires congolais. Mais malheureusement, nous discutons sur le sexe des anges, nous particularisons les questions politiques secondaires qui peuvent constituer des distractions et évitons des questions de fond ainsi que leur approfondissement.

Avoir eu un semblant d’élections avec un corps électoral inconnu ne signifie pas que le pays est devenu une démocratie. Avoir parlement corrompu ne signifie pas que le pays est engagé dans un processus démocratique. Même dans des pays où nous semblons croire qu’il y a de la démocratie, le modèle néolibéral a tout englouti. Qu’est-ce que le Congo peut faire dans un monde où, que ce soit aux USA, en France ou dans d’autres pays européens, les représentants du peuple au pouvoir sont au service des oligarchies d’argent ?

Ce qui se passe au Congo en miniature, c’est ce qui se passe dans la plupart des pays du monde aujourd’hui. Souvent, nous nous trompons de partenaires quand nous avons, par exemple, à apprendre une autre façon de faire de la politique. Au lieu de nous tourner vers l’Amérique latine, qui est très avancée sur cette voie, on se laisse former par les américains, alors que dans leur pays, il n’y a plus de démocratie. Dans son livre intitulé Deux heures de lucidité, Noam Chomsky montre que depuis les années 1960, les pays dits de vieille démocratie, combattent la démocratie. Ils sont qu’ils sont contre la participation citoyenne à l’administration de la res publica. Ils veulent produire des citoyens apathiques ou de simples consommateurs, fanatiques du marché autorégulé.

Quand on oublie cette lutte qui est livrée contre la démocratie dans les pays occidentaux, on croit que quand les représentants de ces pays sont en Afrique ou au Congo pour prôner la démocratie. Comment voulez-vous qu’ils aillent prôner la démocratie ailleurs pendant qu’ils sont en train de la combattre chez eux ?
Pour s’en convaincre, un livre peut être recommandé : Cette fois-ci, en finir avec la démocratie. “Le rapport Lugano II” de Susan George (Paris, Seuil, 22012).

 

Le livre #Ingeta. Dictionnaire citoyen pour une insurrection des consciences, est disponible en version numérique et en version papier. 

 

Comments 0

Add Comment