Conférence avec Jean-Pierre Mbelu – 2 juillet 2016 à Bruxelles

Comment sortir la classe politique congolaise de la médiocrité et de l’aliénation mentale?

CONFERENCE à BRUXELLES
Samedi 02 Juillet 2016 de 14h à 18h
Lieu : Salle Silversquare Louise – 523 Avenue Louise 1000 Bruxelles, Belgique

Présentation:
Les assassinats de Patrice Emery Lumumba et de Laurent-Désiré Kabila ainsi que la mort de Mobutu loin de son pays natal ont créé la peur dans les cœurs et les esprits de plusieurs élites politiques et intellectuelles congolaises. Plusieurs ont opté, surtout avec ”la guerre de l’AFDL” pour un esclavage volontaire, balayant d’un revers de la main toute l’histoire de la résistance congolaise face aux ennemis internes et externes. L’option pour la logique néocoloniale et néolibérale ne cesse de marquer ce qui nous reste de classe politique congolaise. A quelques exceptions près, elle vit du larbinisme et devient de plus en plus incapable de travailler à la création des masses critiques indispensables au renversement des rapports de force dans notre pays. Ces larbins tendent à ériger ”la médiocratie” comme mode de gouvernement du géant africain, le Congo-Kinshasa.
Croyant, à partir de leur imaginaire violé, que ”chance eza eloko pamba”, ces larbins ont renoncé à un apprentissage et une formation permanents. Ils ne lisent presque pas. Abonnés à ”la vidéosphère”, ils se moquent de leurs compatriotes qui lisent et écrivent. Ils critiquent certains livres sans en avoir parcouru quelques pages. Plongés dans l’inculture et ”le m’as-tu-vusme”, ils passent une bonne partie de leur temps à parler des élections dans un pays sous occupation et sous tutelle. Comment, dans un tel contexte, penser à remettre le Congo-Kinshasa debout sans ”une chasse” organisée contre ces ”esclaves volontaires”, sans une rupture réfléchie avec la pensée néocoloniale et néolibérale dont ils sont les chantres ? Comment créer le Congo de l’excellence dans un milieu empesté par ”la médiocratie” ?

Il y a une urgence. Il faut renouveler la pensée politique congolaise en luttant durement contre les paradigmes avilissant du larbinisme et de l’inculture. Une autre classe politique fondée sur la maîtrise de l’histoire du Congo-Kinshasa, du mode opératoire de ses adversaires internes et externes, doit pouvoir émerger ou être améliorée et renforcée. Elle est indispensable à la réinvention d’un autre Congo-Kinshasa. A l’heure où le conclave de « l’opposition congolaise » à Genval cristallise l’attention d’une bonne frange des médias internationaux , de différents observateurs de la crise congolaise ou de la classe politique congolaise Il est donc urgent qu’aux alentours de la date du 30 juin, une réflexion de fond soit menée sur cette question. Il est nécessaire de s’interroger sur la qualité et la légitimité des uns et des autres et sur leur capacité réelle à apporter ou pas des solutions pour la résolution de la crise en RDC.

Orateurs:
– Candide OKEKE
Directrice de Cabinet du Président national de l’APARECO
«Une élite et une classe politique aliénée elle-même peut-elle libérer son peuple de l’oppression? Quelles perspectives pour sortir la RD Congo de l’occupation ?»
– Kerwin MAYIZO
Journaliste / Analyste politique
«L’autopsie du Conclave de Genval : pourquoi Bruxelles et pas Kinshasa ? Les dessous d’une messe noire »
– Jean-Pierre MBELU
Analyste politique
«Cinquante ans après l’indépendance de la RD Congo, quelle élite et quelle classe politique pour le peuple congolais? »
Modérateur :
– José ILUNGA
SNE (Secrétaire national Exécutif) en charge de la Jeunesse au sein de l’APARECO

Avec les contributions de :
– Patrick LUKIKA
SNE en charge de la Mobilisation au sein de l’APARECO (UK)
– Professeur YAA LENGI
(Congocoalition) USA
– ODON MBO
Combattant/ CCDP
– YOTO LUMUMBA
Combattant/ CRC

Infos pratiques:
Contact:
Tél. : 00 324 93 283 437 ou 00 324 66 161 404

Plan d’accès :
À partir de la place Louise ou Métro Louise,prendre le tram 93 ou 94 direction avenue Louise.
Descendre au dernier arrêt de l’avenue Louise,avant le bois de la cambre, arrêt LEGRAND.
La Salle est à 10 mètres de l’arrêt de tram.

Conférence Bruxelles - 2 juillet 2016

Comments 0

Add Comment