Jean-Pierre Mbelu est intervenu sur Africa n•1, dans l’émission Le Grand Débat, le 28 septembre 2016 sur le thème «L’ ONU et la morale».

L’Organisation des Nations Unies, l’Onu, vient de tenir sa 71ème Assemblée Générale à New York. Elle a été fondée en 1945 après la Seconde Guerre mondiale pour remplacer la Société des Nations (SDN). Les objectifs de l’ONU sont de faciliter la coopération dans le droit international, la sécurité internationale, le développement économique, le progrès social, les droits de l’homme et la réalisation à terme de la paix mondiale. Dans quel contexte est née l’ONU et quels sont ses organes principaux? Quel bilan peut-on dresser de ses objectifs aujourd’hui? Depuis la guerre en Irak, menée sans mandat de l’Onu, jusqu’à l’intervention en Libye, l’Onu est-elle encore crédible dans la résolution des conflits? Face à un nouvel ordre mondial qui peine à se définir, la réforme de l’Onu n’est-elle pas urgente?

Les différents intervenants:
– Monsieur Doudou Diène, ancien Rapporteur spécial de l’Onu sur les formes contemporaines de racisme, de discrimination raciale, de xénophobie et de l’intolérance (2002-2008). Rapports de visites et d’enquêtes au Conseil des Droits de l’Homme et à l’Assemblée Générale des Nations unies, sur le racisme dans les pays suivants: Canada, Colombie, Guyana, Trinidad-et-Tobago, Côte d’Ivoire, Brésil, Japon, Fédération de Russie, Suisse, Italie, Lituanie, Lettonie, Estonie, Mauritanie, Etats-Unis. Expert Indépendant de l’Onu sur la situation des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire (2011-2014). Membre de la Commission Indépendante d’Enquête sur Gaza du conseil des Droits de l’homme de l’Onu.

– Monsieur Amzat Boukari, docteur en histoire contemporaine au Centre d’études africaines de l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS). Auteur notamment de «Africa Unite» paru aux éditions La Découverte.

-Par téléphone depuis Bruxelles, Abbé Jean-Pierre Mbelu, philosophe et Analyste politique, auteur de «A quand le Congo? Réflexions et propositions pour une renaissance panafricaine»,paru aux éditions Congo Lobi Lelo.

-Par téléphone depuis Yaoundé, Monsieur Mathias Owona Nguini, politologue, enseignant à l’Université de Yaoundé II et à l’IRIC (Institut des relations Internationales du Cameroun). Rédacteur en chef de la revue «Enjeux» de la Fondation Paul Ango Ela.

———
Verbatim de Jean-Pierre Mbelu:

Ce qu’il faut ce n’est peut-être pas de démocratiser l’ONU, c’est diversifier les relations géostratégiques de façon que les Etats membres du conseil de sécurité qui ont opté pour le principe de la force soient conduits à respecter le principe de l’altérité. Parce qu’il y a, dans les guerres qu’ils entretiennent à travers le monde, un racisme permanent, un mépris et un refus de la reconnaissance de l’autre… Ces grandes puissances refusent le principe d’un monde qui est en train de devenir multipolaire. Il faudrait donc qu’il y ait un contre-pouvoir mondial qui arrête ces grandes puissances qui ne comprennent que le langage de la force.

legrandebat-28092016